Programme

Conférences, workshop, master class, etc.

Inscriptions

Clôture des inscriptions le 31 mai 2017

Informations pratiques

Des infos sur Paris, votre hébergement, etc.

THEMES PRINCIPAUX

Définition internationale du travail social approuvée par l'Assemblée générale de IASSW le 10 juillet 2014 - Melbourne.

Le Travail social est une pratique professionnelle et une discipline. Il promeut le changement et le développement social, la cohésion sociale, le pouvoir d’agir et la libération des personnes. Les principes de justice sociale, de droit de la personne, de responsabilité sociale collective et de respect des diversités, sont au cœur du travail social. Etayé par les théories du travail social, des sciences sociales, des sciences humaines et des connaissances autochtones, le travail social encourage les personnes et les structures à relever les défis de la vie et agit pour améliorer le bien-être de tous.

 

Ces dernières années, les sociétés européennes ont dû faire face à des défis conséquents. La crise financière et économique et ses implications politiques a obligé les pays européens à mettre en œuvre des politiques d’austérité drastiques. Dans de nombreux pays, ces mesures ont conduit au démantèlement de l’État providence, ancrant ainsi le travail social et les formations en travail social dans un nouveau contexte politique et sociétal. Ces changements affectent non seulement les politiques d’aide sociale, mais font aussi surgir de nouveaux défis dans de nombreux domaines :

  • Économique : inégalité croissante des richesses et des revenus, pauvreté croissante et exclusion sociale de plus en plus fréquente, déclin de la croissance économique, augmentation du chômage et des changements structurels dans la nature du travail (précarité, individualisation, augmentation du nombre de travailleurs pauvres, exclusion des emplois rémunérés). L’initiative de l’OCDE « Tous à bord pour la croissance inclusive » résume ces changements : « l’inégalité ne se limite pas aux revenus mais touche aussi les individus dans de nombreux aspects de leur vie qui affectent leur bien-être ; la persistance de fortes inégalités a contribué à effilocher la fabrique sociale des communautés et impose un coût économique considérable à la croissance future ».
  • Politique : perte de confiance en la capacité des élites politiques/gouvernements à traiter les problèmes économiques et sociaux urgents, xénophobie croissante et populisme de masse en lien avec les risques omniprésents liés aux risques engendrés par les différentes formes de radicalisation.
  • Socioculturel : croissance des inégalités culturelles et échec des élites politiques à promouvoir des politiques multiculturelles et d’intégration, évolutions démographiques rapides, population en déclin et vieillissante, évolutions et innovations technologiques continuelles.
  • Écologique : les effets perturbateurs du changement climatique, les catastrophes naturelles et les conflits politiques ainsi que les migrations causées par les conflits, les catastrophes naturelles et les conditions de vie précaires, sont en augmentation, et leur impact sur les individus, les groupes et les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables est considérable.

Parallèlement, le travail social est à la fois un domaine professionnel lié aux droits de l’homme et une discipline universitaire. À ce titre, il vise à promouvoir le changement et le développement social, la cohésion sociale, et l’autonomie et la libération des individus, en associant les connaissances scientifiques et locales aux principes de justice sociale, aux droits de l’homme, à la notion de responsabilité collective et au respect de la diversité (IASSW, IFSW, 2014).

L’évolution constante du contexte dans lequel s’exerce la pratique exige des acteurs du travail social une réflexion continue afin de proposer une vision alternative des êtres humains, de la société et de l’État providence, dans le cadre de la définition internationale du travail social. Le travail social doit créer de nouvelles formes et méthodes d’intervention qui contribueront à l’amélioration du bien-être individuel et collectif. Les formateurs dans le domaine du travail social sont confrontés à la nécessité de préparer les futurs travailleurs sociaux à aborder les changements décrits ci-dessus de manière efficace et réfléchie sans compromettre les valeurs fondamentales de la profession. Cependant, un certain nombre de contraintes internes et externes restreignent actuellement le champ de la formation dans le domaine du travail social. C’est le cas, par exemple, du processus de réorganisation des structures de l’enseignement supérieur et de la diminution des ressources, d’une approche orientée sur la performance néolibérale, de la relation complexe et exigeante qui s’est créée entre les professionnels et les formateurs, et du statut souvent modeste dévolu au travail social en tant que discipline universitaire. Comme cela est souvent le cas, en particulier dans les communautés résilientes comme celle des travailleurs sociaux, les menaces laissent également entrevoir des opportunités.

Thèmes principaux

Au regard du caractère évolutif de l’environnement pratique dont il a précédemment été fait état, les contributions relatives aux quatre domaines suivants seront les bienvenues :

1- Perspectives, méthodologie, recherche et pratiques novatrices dans les formations en travail social et en sciences sociales 

2- Développement des programmes et des contenus de formation dans le domainte du travail social et des sciences sociales

3- Questions éthiques : la formation aux questions d’éthique et l’éthique du formateur

4- Conditions structurelles et organisationnelles et statut professionnel