Programme

Conférences, workshop, master class, etc.

Inscriptions

Clôture des inscriptions le 31 mai 2017

Informations pratiques

Des infos sur Paris, votre hébergement, etc.

CONFERENCIERS

Les conférenciers suivants nous feront l'honneur d'animer deux conférences plénières et une table ronde :

Conférence plénière du mardi 27 matin

Michel Wieviorka

Docteur d'Etat ès Lettres et Sciences Humaines, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, est le Président du directoire de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Il est membre depuis 2014 du Conseil scientifique de l’ERC (European Research Council) et dirige, avec Laetitia Atlani-Duault, la nouvelle revue SOCIO qu’il a créée en 2013. Ses recherches portent sur la notion de conflit, le terrorisme et la violence, sur le racisme, l'antisémitisme, sur les mouvements sociaux, la démocratie ainsi que sur les phénomènes de différence culturelle. Michel Wieviorka a été le président du Comité français pour les sciences humaines et sociales, lors de la cérémonie d’inauguration de MOST en 2016 à la CNFU. Son dernier ouvrage : « Les juifs, les musulmans et la République» est sorti aux Editions Robert Laffont.

« Aborder les défis et les modifications sociales de nos sociétés du point de vue de la sociologie »

Paul-Michael Garrett

Enseignant-chercheur à l’Université de Galway en Irlande. Ses recherches se concentrent sur l’approche critique de la théorie du social, la marginalisation des personnes en difficulté, et les réformes inspirées du néolibéralisme. Il a été membre du collectif éditorial Critical Social Policy pendant plusieurs années, et est l’un des fondateurs du Réseau Social Work Action d’Irlande. Ses interventions ont paru dans de nombreuses revues académiques, toutes disciplines confondues, et il est l’auteur du très reconnu Social Work and Social Theory (2013), qui a même été traduit en chinois en 2016. Il est également l’auteur de trois livres qui dressent un panorama des différentes facettes du travail social auprès des enfants et des familles sous le gouvernement travailliste New Labour (1997-2010) au Royaume-Uni. 

« Pourquoi l'approche critique est-elle essentielle aux formations en travail social en 2017 ? »

Conférence plénière du mercredi 28 matin

Sarah Banks

Professeur à l’Ecole des Sciences Sociales Appliquées et co-directrice du Centre pour la Justice Sociale et l’Action Communautaire à l’Université de Durham au Royaume-Uni. Ses thématiques d’enseignement et de recherche sont le travail social, les communautés, et la jeunesse. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’éthique en milieu professionnel et à la recherche participative axée sur les communautés. Parmi ses derniers ouvrages sur l’éthique du travail social : Ethics and Values in Social Work, 4th edn (Palgrave Macmillan, 2012) and Practising Social Work Ethics Around the World: Cases and Commentaries (Routledge, 2012, edited with Kirsten Nøhr). Elle travaille actuellement sur le projet Imagine – Connecting communities through research (focus sur le développement des communautés et la participation citoyenne) et sur une étude concernant les mauvais comportements de certains travailleurs sociaux en Angleterre.

« L’éthique au travail dans un monde sans éthique : cultiver une sagesse éthique chez les professionnels du travail social »

Table ronde du jeudi 29 après-midi

Nada Al-Nashif

Sous-Directrice générale pour les sciences sociales et humaines à l'UNESCO le 16 février 2015. Elle est titulaire d'une licence en philosophie, politiques et économie (PPE) du Balliol College de l'Université d'Oxford, et d'une maîtrise en politique publique (1991) de la Kennedy School of Government de l'Université Harvard. Avant de rejoindre l'UNESCO, elle a été (2007-2014) Directrice régionale du Bureau régional de l'Organisation Internationale du Travail pour les États arabes, basé à Beyrouth au Liban. Auparavant, elle a travaillé au PNUD en Libye (1992-1995), au Liban (2000-2004), en Iraq (2003) et au Siège à New York (1995-2000, 2005-2006). En tant que conseillère auprès de plusieurs conseils d’administration, parmi lesquels celui de l’Université Brizeit en Palestine, elle poursuit un objectif d’harmonisation des formations avec le monde du travail.

Gorana Panić

Doctorante à l’Université de Jyväskylä en Finlande. Elle a obtenu son master en travail social à l’Université de Banja Luka en Bosnie Herzégovine. Ses études doctorales portent sur l’exploration des expériences et des trajectoires des travailleurs sociaux au sortir de leur formation. Elle a travaillé comme assistante de professeur à l’Université de Banja Luka (2006-2012). Elle s’intéresse particulièrement à l’approche critique et théorique du travail social, à l’éco-travail social, aux mouvements sociaux et à la pédagogie. Elle a à cœur de combiner la recherche académique et l’activisme, et elle a récemment rejoint le Conseil d’Administration de l’Association Européenne de la Recherche en Travail Social (ESWRA).

Peter Beresford OBE

Professeur en Participation Citoyenne à l’Université d’Essex, co-président de Shaping Our Lives, le réseau national des personnes en situation de handicap et des personnes concernées, et Professeur Emérite en Politique Sociale à l’Université Brunel de Londres. Il a longtemps été bénéficiaire des services de santé et des services sociaux, et s’est toujours intéressé aux problématiques de participation, en tant qu’écrivain, chercheur, activiste et professeur. Il est l’un des membres fondateurs de PowerUs, le réseau européen pour l’implication des personnes concernées dans les formations en travail social. Il vient de publier All Our Welfare: Towards participatory social policy (Policy Press, 2016).

Staffan Höjer

Professeur en travail social dans le Département du Travail Social de l’Université de Gothenburg, en Suède.

Il fait des recherches sur les connaissances de fond, la professionnalisation et l’organisation du travail social. Il a étudié plus particulièrement le processus d’ « universitarisation » le contenu de la recherche en travail social, la privatisation du travail social et la prise de décision dans le secteur de la protection de l’enfance. Le professeur Höjer est investi dans de nombreux projets internationaux et a été directeur de formations en travail social en Ouganda et au Rwanda.

« Les formations en travail social en Europe : faire bouger les lignes pour un avenir durable »

 

Vous aurez également l'opportunité de participer à trois master classes :

Master class du mercredi 28 matin

Karen Lyons

Professeur émérite en travail social international à la London Metropolitan University (Londres, Royaume-Uni). Après avoir travaillé dans plusieurs écoles de travail social, elle a eu une longue carrière comme formatrice en travail social à l’Université East-London. Elle fût l’un des membres fondateurs du Centre Européen d’Education Communautaire, qui a mis en place de nombreux échanges et programmes. Ces expériences, ainsi que ses recherches dans les années 90 sur l’éducation au travail social en Grande-Bretagne, lui ont permis d’être invitée à enseigner dans de nombreuses universités en Europe et dans le monde. Son dernier ouvrage portait sur la mobilité internationale du travail et le travail social transnationale.

« Enseigner le travail social international : motivations et méthodes »

Master classes du jeudi 29 matin

Frédéric Penaud

Cadre de l'action sociale en service social généraliste et en protection de l'enfance. Praticien chercheur membre du réseau du croisement des savoirs et des pratiques depuis plusieurs années. Formé à l'animation au croisement des savoirs avec les personnes en situation de pauvreté par ATD quart monde et expérimentant des formes de management auprès des professionnels, développant des postures destinées à favoriser un rapport plus égalitaire avec les personnes accompagnées.

 

Hervé Lefeuvre

Volontaire-permanent du Mouvement ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde depuis 1987. Responsable des Ateliers du croisement des savoirs et des pratiques, équipe en charge de l'animation et de la mise en œuvre de la démarche. Expérience d'engagement aux côtés des personnes et familles en grande pauvreté, d'animateur des Universités populaires Quart Monde, d'organisateur et d'animateur des co-formations par le croisement des savoirs. Anime des formations à la démarche pour les membres du Mouvement ATD et pour un public professionnel.

A participé au programme expérimental « Quart Monde-Partenaire » et à la rédaction du livre Le croisement des pouvoirs. 

« Croisement des pratiques et des savoirs »

Janet Walker

Janet Walker a commencé sa carrière comme travailleur social stagiaire, avant de recevoir son diplôme en 1980. De fait, elle a pu acquérir une expérience de terrain considérable dans le secteur du social, en tant qu’employée et manager. Cette expérience va du secteur public au secteur associatif, dans les domaines du travail social, du logement, et de la famille. Elle a rejoint l’Université de Lincoln en 1992 en tant qu’enseignant-chercheur, puis a été nommée Maître de Conférences en 2007. Elle collabore avec d’autres pays européens pour ses recherches sur l’enseignement et l’apprentissage du travail social, et sur la mise en pratique des politiques sociales. Elle est directrice-adjointe des études et enseigne de nombreux modules sur la recherche, la recherche comparative, et les questions internationales.

 

« Le monde entier est un théâtre : apprendre ‘comme il vous plaira’ ! »